Lorsque les volumes osseux sont insuffisants pour placer un implant dans de bonnes conditions, il faut faire une reconstruction, soit par greffe, soit par technique régénérative.


la Régénération Osseuse Guidée (ROG)

Dans cette technique, un matériau est placé au niveau du manque d’os. Il s’agitde matériaux soit prélevés dans la cavité buccale, soitde biomatériaux, d’origine animale, humaine ou synthétique. Ils se présentent sous la forme de granules ou copeaux. Un membrane recouvre le matériau afin de le stabiliser. L’implant est mis soit le jour même, soit 4 à 6 mois plus tard. L'intérêt des biomatériaux est d'éviter d'avoir un deuxième site opératoire dans la bouche. Ils font bien sûr l'objet de contrôles très stricts. Il n'est pas possible de les citer sur ce site pour respecter la charte ordinale, mais nous vous donnerons toutes informations nécessaires à votre décision. Au cours des mois qui suivent leur mise en place, ces matériaux vont partiellement se résorber et de l'os naturel va être formé et venir s'amalgamer avec les granules de biomatériau. C'est pour cela que l'on parle de régénération, car il y a création d'os. Le biomatériau est en quelque sorte une trame pour permettre cette néoformation osseuse.

A gauche, le volume osseux est satisfaisant tant en hauteur qu'en épaisseur. Une fois l'implant mis en place (à droite) il est complètement dans l'os

A gauche, le volume osseux est satisfaisant tant en hauteur qu'en épaisseur. Une fois l'implant mis en place (à droite) il est complètement dans l'os

A gauche, l'épaisseur d'os est limitée. Un implant pourrait être fixé mais une partie serait hors de l'os (flèche bleue au centre). Le "manque" osseux est compensé par apport de biomatériau, lui même recouvert par une membrane (vue de droite) et recouvert par la gencive.

A gauche, l'épaisseur d'os est limitée. Un implant pourrait être fixé mais une partie serait hors de l'os (flèche bleue au centre). Le "manque" osseux est compensé par apport de biomatériau, lui même recouvert par une membrane (vue de droite) et recouvert par la gencive.

Il est possible de résoudre un grand nombre de problèmes grace à cette technique mais en cas de défauts importants, il faut envisager une autre technique.


LES GREFFES OSSEUSES

Elles sont utilisées dans les défauts plus importants.

la greffe osseuse autogène

Dans ce cas, un greffon est prélevé, soit au niveau mentonnier soit au niveau de la zone des dents de sagesse inférieures, soit au niveau crânien. Il est fixé au niveau du manque d’os et après 4 à 6 mois de cicatrisation, l’implant est mis en place. Il est parfois nécessaire de compléter la greffe par un apport de biomatériau afin de combler des anfractuosités et de recouvrir l’ensemble par une membrane afin de protéger le greffon et les granules d’os.

La greffe osseuse avec os de banque

Dans cette technique, l’os est obtenu d’un donneur humain consentant. L’avantage est d’éviter d’avoir 2 sites d’intervention en supprimant la zone de prélèvement. Là aussi, il est fixé au niveau du manque d’os et après 4 à 6 mois de cicatrisation, l’implant est mis en place. Là encore, il faut parfois utiliser des granules d’os ainsi qu’une membrane. Les principes règlementant ces pratiques sont très stricts et encadrés par les textes de la loi bioéthique du 6 août 2004 ainsi que l'arrêté du 12 janvier 2009 et le décret n° 2014-1066 du 19/09/2014.

 

 

Lorsque l'épaisseur est nettement trop faible, un greffon, adapté à la morphologie du défaut (1) est fixé. Un biomatériau (2) est éventuellement utilisé. Le toutest recouvert par une membrane (3) puis par la gencive.

Lorsque l'épaisseur est nettement trop faible, un greffon, adapté à la morphologie du défaut (1) est fixé. Un biomatériau (2) est éventuellement utilisé. Le toutest recouvert par une membrane (3) puis par la gencive.


bien que les taux de succès soient élevés, il n'est pas possible de garantir le résultat


bibliotheque.jpg

Bibliographie :

DAVARPANAH M., SZMUKLER-MONCLER, KHOURY P.M., JAKUBOWICZ-KOHEN B., MARTINEZ H.: Manuel d’implantologie clinique. Concepts, protocoles et innovations récentes. 2ème édition. Editions CdP. Paris 2008.

SEBAN A.: Greffes osseuses et implants. Editions MASSON. PARIS 2008

 

Page remise à jour le 27 Avril 2017