Quelques definitions

Les maladies parodontales sont des maladies qui atteignent les tissus de soutien des dents, c’est-à-dire essentiellement l’os et la gencive qui entourent les dents. Ces éléments constituant le PARODONTE, les maladies qui s’y rattachent sont donc des maladies parodontales, la discipline qui étudie ces maladies est la PARODONTOLOGIE et ceux qui les traitent sont des PARODONTISTES.

Santé gingivale  

Santé gingivale

 

Ce sont des bactéries qui provoquent ces maladies. Il s’agit de MALADIES INFLAMMATOIRES d'origine INFECTIEUSES. Ces bactéries se fixent sur les dents en formant un enduit blanchâtre, mou appelé PLAQUE DENTAIRE. Si cette plaque dentaire n’est pas éliminée chaque jour, elle durcit et devient alors du tartre. Le tartre est donc dû à un brossage inefficace ; ce n’est pas une fatalité !!!! La plaque dentaire n'est pas toujours facile à mettre en évidence. Le REVELATEUR DE PLAQUE permet de mieux la visualiser (voir vidéo dans l'onglet brossage)

Les maladies parodontales étant d’origine bactérienne, tout ce qui empêche l’organisme de combattre efficacement ces bactéries favorisera leur développement : Un état de santé général perturbé (diabète, sida…), le tabac (facteur aggravant majeur), le stress, des habitudes de vie inadaptées, un « terrain fragile » (qui peut être héréditaire).

 

A gauche : avant application de révélateur. Les dents semblent propres A droite : après application de révélateur. La plaque est colorée en rouge                                

A gauche : avant application de révélateur. Les dents semblent propres

A droite : après application de révélateur. La plaque est colorée en rouge                                


Les gingivites

Il s’agit d’une inflammation de la gencive, mais sans destruction et réversible. Les gencives sont gonflées, rouges, douloureuses. Elles saignent au brossage. Les gingivites sont provoquées par l'accumulation de plaque dentaire sur les surfaces dentaires.

Gingivite

Gingivite


les parodontites

définitions

Dans un deuxième temps les bactéries peuvent s’infiltrer sous la gencive. Elles peuvent alors détruire de manière irréversible l’os et les tissus de soutien autour des dents. C’est une PARODONTITE.
Il va alors se former une cavité sous la gencive que nous appelons une POCHE PARODONTALE. Les bactéries peuvent proliférer sans que nous ne puissions les éliminer allant jusqu’à la destruction complète de l’os et la perte des dents. Une manière imagée de comprendre ce qu’est une parodontite est de comparer l’os à un plancher et la gencive à la moquette qui le recouvre. Les bactéries seraient alors des termites qui se faufilent sous la moquette et qui détruisent le plancher. Une fois celui-ci détruit, soit la moquette s’affaisse en même temps et les dégâts sont visibles à l’œil, soit la moquette reste à son niveau et il y a alors un vide entre la plancher et la moquette, nous parlerons alors de poche, mais là, rien n’est visible à l’œil.

diagnostic des parodontites

Les signes qui font penser à une parodontite sont le plus souvent les saignements de gencive, les mobilités des dents, voire même les déplacements des dents (apparition d’espaces ou diastèmes entres les dents), les rétractions des gencives ou la mauvaise haleine (halitose). Mais, ATTENTION : il peut y avoir une parodontiteSANS aucuns signes. C’est pourquoi les examens de contrôles sont nécessaires. Le Chirurgien-Dentiste ou le Parodontiste procéderont à 2 types d’examens : un sondage parodontal et un examen radiographique

  • Le SONDAGE PARODONTAL (indolore) est réalisé avec une sonde parodontale. Si la gencive est saine, elle est collée à la dent. La sonde ne peut pénétrer que sur quelques millimètres sous la gencive. Si la sonde pénètre de plus de 3 mm, c’est qu’il y a une poche et donc une maladie.
  • L’EXAMEN RADIOGRAPHIQUE comporte entre 10 et 14 clichés qui permettent de voir le niveau de l’os et de visualiser d’éventuelles pertes osseuses.
Schéma de gauche : Le sondage parodontal. A droite : situation saine, la gencive est attachée, la sonde ne passe que sur les premiers mm. A gauche : la sonde passe de plus de 3 mm dans la poche Image de droite : La radiographie. En bleu, niveau normal de l'os. En rouge, niveau de perte d'os

Schéma de gauche : Le sondage parodontal. A droite : situation saine, la gencive est attachée, la sonde ne passe que sur les premiers mm. A gauche : la sonde passe de plus de 3 mm dans la poche

Image de droite : La radiographie. En bleu, niveau normal de l'os. En rouge, niveau de perte d'os


le traitement des maladies parodontales

Le traitement des maladies parodontales comprend 4 phases:
1 : La mise en place de techniques de contrôle de plaque efficaces
2 : Un traitement initial
3 : Des traitements complémentaires éventuels
4 : Des séances de maintenance

le contrôle de plaque

C’est une phase capitale du traitement. En effet, comme ce sont les bactéries qui se déposent qui provoquent la maladie, il faut être extrêmement efficace lors du brossage pour en éliminer le maximum. 80% du résultat du traitement est obtenu grâce à ce contrôle. Nous utilisons pour cela un certain nombre d’instruments : brosse à dents (électrique rotative ou manuelle), brossettes, bâtonnets, fils. (voir l'onglet Brossage).

 

le traitement INITIAL

La mise en place d’un contrôle de plaque efficace suivi généralement d’un détartrage aura permis au préalable d’obtenir une gencive superficielle saine. Cependant, comme le brossage ne permet pas d’aller sous la gencive, c’est le parodontiste qui effectue ce travail en nettoyant les surfaces des racines pour éliminer les bactéries et leurs toxines qui se sont incrustées dessus. Nous parlerons d’un SURFACAGE ou d’un TRAITEMENT ULTRASONIQUE des POCHES. L’utilisation d’instruments ultra-soniques peu douloureux permet généralement de réaliser ce traitement en quelques séances la plupart du temps (avec anesthésie si nécessaire). Une réévaluation avec un nouveau sondage 6 semaines minimum après le traitement permet de voir si les poches ont diminué ce qui traduit une réattache de la gencive et donc une amélioration, voire une guérison.

ATTENTION : Cette première phase ne règle pas systématiquement tous les problèmes

 

les traitements complémentaires

Si la réévaluation a montré que certaines poches persistent, c’est le plus souvent en raison d’un problème d’accessibilité pour les instruments, soit parce que la poche est trop profonde, soit parce qu’elle est mal située (face arrière d’une molaire par exemple). Le parodontiste réalise alors soit un nouveau surfaçage comme dans le traitement initial, soit un surfaçage mais après avoir au préalable écarté la gencive (sous anesthésie bien sûr) afin d’avoir un meilleur accès. Nous parlerons d’un surfaçage sous lambeau. Il peut être associé à la mise en place de biomatériaux visant à combler des défauts osseux ou à favoriser la cicatrisation. Une nouvelle réévaluation avec sondage aura lieu 3 mois après la chirurgie.

ATTENTION : Il est possible d’observer des rétractions gingivales et/ou des sensibilités après le traitement initial ou complémentaire.

 

la maintenance

Les traitements décrits précédemment permettent de stabiliser un grand nombre de parodontite.

 ATTENTION : Il n’est en revanche pas possible de garantir le résultat.    

Mais, pour essayer de garder le résultat obtenu, pour éviter ou diagnostiquer d’éventuelles récidives, il faut mettre en place des séances de maintenance. Celles-ci comprennent:
Une vérification du contrôle de plaque avec conseils, une vérification des poches, un détartrage, un surfaçage, un polissage, et, à fréquence à déterminer, un bilan radiographique.

 


bibliotheque.jpg

Bibliographie :

OUHAYOUN Jean-Pierre :Le traitement parodontal en omnipratique. Quintessence International. Paris 2012

BOUCHARD P. : Parodontologie et Dentisterie implantaire. Vol. 1 : médecine parodontale. Editions LAVOISIER. Paris 2014

Page mise à jour le 11 Juin 2017